OPENING NIGHT

A travers mon projet, je me suis intéressée à la représentation du réel par l’image et interrogé la véracité de ce réel dans l’image. En un mot « jusqu’où pouvons-nous croire en l’image ? »

Inspirée par le milieu du théâtre, j’ai été frappée par une réflexion de Gina Rowlands qui a toujours déclarée à ce propos : « C’est avec le public, un mensonge partagé ». Les codes sont si présents au théâtre qu’ils n’empêchent pas le public d’y croire et pourtant… D’où ma question : Comment une image de fiction peut répondre à une image du réel ?
La vie est un théâtre. Nous acceptons de jouer des rôles afin de croire en ces codes qui nous entourent. Chaque rencontre est un rendez-vous, un mensonge partagé, une possibilité de passer du réel à la fiction et inversement. Le film « La Bande des Quatre » de Jacques Rivette est un exemple intéressant puisqu’il joue de la mise en place de basculements possibles entre fiction et réel.

Si le théâtre est un mensonge partagé; le réel est-il un vrai partagé ?
Cela permet-il à Godard de dire de l’image « ce n’est pas du sang, c’est du rouge » ?

Par conséquent, à partir du dispositif théâtral, je pose mon cadre et je choisis mon décor. Je laisse le réel venir à l’intérieur. Le temps compose la pièce et ainsi la série des scènes interroge finalement le réel.